Directeur Général

L’activité de la garantie individuelle Pme a connu en 2018 une croissance de 12% en termes physiques, contre 2% en 2017 et ce, grâce à un recours à la garantie un peu plus cadencé de nos partenaires, Banques et Etablissements Financiers.

En valeur absolue, cette croissance s’est également traduite par une évolution des crédits garantis de l’ordre de 13%, contre 1% en 2017.

En dépit de cette croissance positive, l’impact de la garantie financière CGCI demeure encore relativement limité.

Le plafonnement observé ces dernières années de la performance du dispositif de la Garantie financière dans notre pays (700 à 800 nouvelles garanties en moyenne délivrées annuellement, en y ajoutant le portefeuille du FGAR), trouve également son explication logique dans l’exclusion du champ des financements bancaires, pour diverses raisons, des TPE qui représentent plus de 97% du tissu national de la Pme (près de 1 000 000 TPE). Alors que les TPE, celles qui produisent des biens et/ou services ont besoin certainement d’un accompagnement bancaire pour la réalisation de leurs projets d’investissement (création-modernisation-extension ou croissance), facilitant ainsi leur intégration dans une synergie de développement local.

Pour rappel et par référence à la pratique universelle (pays MENA et Union Européenne) la quasi-totalité (+80%) des financements des projets d’investissement pme en création est adossée à une garantie financière. Dans notre pays, seulement moins de 10 % des financements d’investissements pme en création et en développement sont soumis à cette couverture financière.

Des efforts restent encore à faire pour convaincre la communauté bancaire dans son ensemble de l’intérêt à souscrire à une Garantie Financière pour sécuriser  leurs engagements, renforcer leur liquidité et améliorer leur rentabilité, en l’intégrant dans leur processus de prise de décision d’octroi de crédit.

Aussi, pour une meilleure pénétration du marché national du financement des investissements Pme et dans le cadre des orientations des Pouvoirs Publics et de son Conseil d’Administration,  la CGCI s’est résolument tournée à partir de la fin de cette année 2018, vers la TPE et la Garantie Déléguée en collaboration étroite avec le CPA et la BDL, un nouveau dispositif de garantie, qui sera élargi à d’autres partenaires de la place.

Cette nouvelle stratégie répond à la nécessité économique d’engager un processus efficient d’inclusion financière et de bancarisation de l’imposant gisement de TPE qui constitue la véritable cheville ouvrière du développement local soit : 97% de la population Pme nationale, dont moins de 5% ont recours au financement bancaire, selon les dernières statistiques de l’Office National des Statistiques ONS.

Concernant l’activité de garantie de portefeuille (Fonds de garantie agricole) celle-ci, bien qu’en diminution par rapport à l’exercice 2017, a permis à la BADR de financer 361 projets d’investissement et 8001 exploitations agricoles au 31-12-2018.